Tous les pays
Sarkozy dénonce les
Tous les sections
All.BizFranceLes nouvellesPouvoir et loisSarkozy dénonce les "mensonges" de Hollande

Sarkozy dénonce les "mensonges" de Hollande

17 Fev 2012 08:28 | Pouvoir et lois

Sur la forme, ce premier meeting ressemble beaucoup à un allocution présidentielle. Devant un fond bleu et des drapeaux français et européen, le président devenu candidat, mercredi, prononce son premier discours de campagne.

A Annecy, dans une salle que les organisateurs annoncent pleine à craquer, le président de l'Assemblée nationale a chauffé la foule, dressant un portrait laudateur de M. Sarkozy, de son action et de ses qualités.

Arrivé à la tribune alors que la salle scandait son prénom, le président de la République a commencé son discours en rendant hommage à la Savoie "courageuse et fidèle" en faisant allusion au plateau des Glières, où il s'était rendu à la fin de sa campagne de 2007.


DES "RÉFORMES COURAGEUSES"


"C'est à vous que je suis venu dire pourquoi je suis candidat", a expliqué M. Sarkozy qui a évoqué les difficultés de la tâche qui était la sienne ces cinq dernières années. "Le président de la République doit se concentrer tout entier à cette tâche. Le président de la République n'a que des devoirs. J'ai appris les devoirs d'une charge qui impose de garder pour soi ses propres peines, ses propres joies. J'ai commis des erreurs, mais je me suis toujours efforcé d'être juste, d'être sincère", a assuré M. Sarkozy

Il a ensuite vanté ses "réformes courageuses", citant entre autres, celle des retraites ou du service minimum dans les transports. Le candidat à sa succesion a évidemment évoqué la crise qui frappe l'économie. "Cette accumulation de crise, marque la fin d'un monde qui a du mal à mourir, un nouveau monde qui a du mal à naître", a-t-il expliqué. "Tout est à réinventer. Nous ne pourrons pas construire un nouveau monde, une nouvelle Europe avec les idées d'hier. Ces idées là, ou plutot cette absence d'idée, a conduit le monde" dans la sitation où il se trouve, a dit M. Sarkozy, critiquant sans le citer son adversaire socialiste.

"La crise est aussi une opportunité", a lancé le candidat, martelant l'importance du "travail" pour façonner son destin, qu'on soit "un homme" ou "un pays".

"LA CRISE EST AUSSI UNE OPPORTUNITÉ"

Si Sarkozy n'a jamais cité Hollande nommément, l'assistance du meeting ne s'y est pas trompée et a hué à chaque allusion au programme socialiste. Et les allusions furent nombreuses. "Quand on met en danger la politique familiale, on affaiblit la France", a déploré M. Sarkozy avant d'énumérer les différents points du programme de M. Hollande : la volonté de revenir sur la réforme des retraites, le droit de vote des étrangers, la diminution de la dépendance au nucléaire, ou encore la volonté de rénégocier le traité européen au risque

La source:  http://www.lemonde.fr

Les nouvelles de la rubrique: Pouvoir et lois

Comparez0
ClearLes éléments sélectionnés: 0